Fin 2018, le lancement de l’atelier de recherche-action Vallées habitées rassemblait associations, élus, artistes, artisans, agriculteurs et bien d’autres encore, dans les murs en briques des anciennes usines de la clouterie de Rouville à Hébécourt. Ensemble, l’association l’Avenir de la Vallée de la Lévrière, sept communes rurales et la Communauté de communes du Vexin Normand, accompagnées par le CAUE27 et l’EPF Normandie, proposaient de repenser le développement de la vallée de la Lévrière.

Trois ans. C’est le temps que nous nous sommes tous donnés pour expérimenter de nouvelles manières de reconquérir nos bourgs et espaces délaissés, avec l’idée, centrale, que les ressources locales et les acteurs des territoires incarnent le moteur d’un développement.

Dans un territoire rural où l’agriculture constitue un pilier économique majeur, les transitions écologique et démocratique à l’oeuvre ont fait émerger un besoin d’actualité : le développement des circuits courts alimentaires de proximité. Quoi de plus local que le sol et ce qu’il offre ? Quoi de plus éclairant à ce sujet que la vision de ceux qui produisent ?

L’évolution des pratiques agricoles a toujours façonné l’image de nos territoires. Les habitants de la vallée de la Lévrière, consommateurs comme producteurs, relèvent ici un défi qui pourrait aussi bien façonner l’image de leurs paysages que celle de leur assiette.

 

Télécharger « Vous avez dit circuits courts ? » (PDF)