La lutte contre l’étalement urbain, avec ses conséquences environnementales, économiques et sociales constitue l’un des objectifs fondamentaux de l’action du CAUE27. Le potentiel d’urbanisation que les quartiers pavillonnaires sont susceptibles de représenter constitue donc un sujet de réflexion majeur en urbanisme. C’est pourquoi le Conseil en architecture, urbanisme et environnement de l’Eure a souhaité être l’un des partenaires actifs du programme de recherche BIMBY (Build in my backyard).

A l’issue du programme de recherche, le CAUE27 a réalisé l’exposition « Quelle évolution pour les quartiers pavillonnaires ? ». Elle présentait le point de vue du CAUE27 sur la question posée à l’issue de ce travail de recherche et a été présentée du 21 mai au 07 juin 2013 dans les locaux du Conseil général de l’Eure.

La communication issue de cette collaboration, en particulier à travers le site internet bimby.fr, représente de façon incomplète l’ensemble du travail qui a été accompli. Elle ne rend pas compte des différences de points de vue qui sont apparues, ni de l’ensemble des enseignements qui en ont été tirés, ni des questions qui ont émergé au cours de la réflexion.

Ce document vise à exprimer le regard du CAUE27 sur ce sujet à destination d’un plus large public. À travers cette édition, le CAUE27 souhaite attirer l’attention du lecteur sur la nécessité d’une approche globale de la densification d’un tissu pavillonnaire, mettre en exergue l’intérêt de la construction collective d’un projet partagé et proposer des évolutions en matière de pratiques professionnelles. Le document énonce également les innovations proposées par le CAUE27 sur les aspects juridiques, règlementaires et de gouvernance. Enfin, il retrace les éléments déterminants des quatre expérimentations menées dans le département de l’Eure.

Intensifier l’occupation de secteurs déjà bâtis est un axe d’intervention qui, bien que multiséculaire, offre un potentiel d’urbanisation précieux en vertu des enjeux actuels de développement durable. Il ne faut pas sous estimer l’impact de ce processus sur notre environnement urbain, social, politique, économique, financier et environnemental. Nous ne pouvons pas nous contenter de poser de nouveaux logements là où un vide le permet. Au contraire, ce processus doit participer à la construction d’un territoire structuré, générateur de liens sociaux et avoir pour objectif l’intérêt général des générations actuelles et à venir.