La revi­ta­li­sa­tion des centres-bourgs ruraux, véri­table ques­tion d’in­té­rêt géné­ral, fait depuis plu­sieurs années l’ob­jet d’un inté­rêt crois­sant tant sur le plan natio­nal que local : appels à mani­fes­ta­tions d’intérêt, appels à pro­jets et expé­ri­men­ta­tions diverses témoignent, par­tout en France, d’un besoin consé­quent de connais­sances sur le sujet. L’espace rural pré­sente en effet une pres­sion fon­cière et immo­bi­lière fon­da­men­ta­le­ment dif­fé­rente du milieu urbain.

Ce mémoire publié en 2015 pro­pose d’explorer les fac­teurs de blo­cage au pro­ces­sus de revi­ta­li­sa­tion des centres bourgs ruraux, selon une approche fon­cière et éco­no­mique. Son auteur a fait le choix de pro­cé­der selon une méthode empi­rique, à par­tir de l’étude d’un bourg du dépar­te­ment l’Eure, Rugles.

L’Eure, dépar­te­ment à l’identité rurale assez carac­té­ris­tique, est en effet lar­ge­ment tou­ché par un phé­no­mène de péri­ur­ba­ni­sa­tion. Et Rugles, bourg de 2 300 habi­tants, chef-lieu du can­ton du même nom, dis­pose mal­gré sa dévi­ta­li­sa­tion d’un pôle d’emplois, de com­merces ainsi que d’un centre-bourg patrimonial.

Pourquoi un pro­ces­sus de revi­ta­li­sa­tion ne s’enclenche-t-il pas ? Dans quelle mesure la péri­ur­ba­ni­sa­tion est-elle en cause, et quelle est la place des méca­nismes de mar­ché fon­ciers et immo­bi­liers ? Plus géné­ra­le­ment, quels sont les fac­teurs éco­no­miques de blo­cage au pro­ces­sus de revitalisation ?

L’auteur avance ici l’hy­po­thèse selon laquelle la dévi­ta­li­sa­tion des bourgs, concer­nant le loge­ment, répond à des causes à la fois struc­tu­relles et éco­no­miques : struc­tu­relles car la forme urbaine rend la mobi­li­sa­tion du fon­cier com­plexe ; éco­no­miques car l’évolution de ce tissu bâti n’est pas ren­due pos­sible par les condi­tions de mar­ché dans le sys­tème de l’économie de l’aménagement. Cette hypo­thèse est véri­fiée via l’analyse de la forme de la dévi­ta­li­sa­tion à Rugles : struc­tu­ra­tion du tissu urbain, état de la pro­priété, typo­lo­gie des loge­ments, mar­chés fon­cier et immo­bi­lier… Une ana­lyse empi­rique, asso­ciée à des com­plé­ments biblio­gra­phiques, per­met à l’au­teur de qua­li­fier les fac­teurs éco­no­miques qui bloquent la revi­ta­li­sa­tion des centres bourgs.

La réflexion se struc­ture autour de trois axes :

  • L’étude de la recom­po­si­tion du monde rural, qui conduit aujourd’hui à la dévi­ta­li­sa­tion des centres-bourgs. Dans quelle mesure cette dévi­ta­li­sa­tion est effec­ti­ve­ment deve­nue un enjeu d’aménagement du territoire ?
  • L’étude, à tra­vers le cas de Rugles, des fac­teurs éco­no­miques qui s’opposent à la revi­ta­li­sa­tion des bourgs.
  • L’exploration des pers­pec­tives que cela ouvre pour enclen­cher une poli­tique de revi­ta­li­sa­tion des centres-bourgs.

La revi­ta­li­sa­tion des bourgs ruraux – l’exemple de Rugles (PDF)