Territoire
Commune de Graveron-Semerville

Description
Cette mare en voie de creu­se­ment se situe à l’in­ter­sec­tion de l’an­cienne natio­nale 13 et de la pers­pec­tive plan­tée du châ­teau de Graveron. Son ter­ras­se­ment pos­sède un pro­fil “en conque” par­ti­cu­liè­re­ment adapté. Une berge rec­ti­ligne, paral­lèle à la route, à pente plus mar­quée (± 1 pour 1), face à une berge en hémi­cycle à pente très douce. La pro­fon­deur maxi­male de la mare est au centre de la conque, côté berge pen­tue. Ce ter­ras­se­ment apporte un sup­port par­ti­cu­liè­re­ment favo­rable au déve­lop­pe­ment du végé­tal. Plantes de prai­rie humide sur les pentes douces jus­qu’à un cor­don de touffes d’i­ris jaune des marais ou de joncs au contact de l’eau tan­dis que l’autre berge est plus favo­rable au déve­lop­pe­ment d’ar­bustes ou d’arbres dont les racines arme­ront la pente. Le pro­jet pré­senté ici est par­ti­cu­liè­re­ment judi­cieux : un déve­lop­pe­ment arbo­rée sur la pente rec­ti­ligne per­met­trait l’om­brage de la masse d’eau aux heures les plus chaudes de la jour­née (orien­ta­tion Sud-Ouest), limi­tant ainsi l’é­va­po­ra­tion esti­vale, tan­dis que les berges en plage ouvrent la mare à l’Est, favo­ri­sant un meilleur réchauf­fe­ment mati­nal. Un objec­tif de pré­ser­va­tion de l’at­trac­ti­vité éco­lo­gique de la mare condui­rait à n’u­ti­li­ser que des végé­taux issus de la flore locale. Les plants fores­tiers sont par­ti­cu­liè­re­ment adap­tés aux condi­tions de plan­ta­tion sur une berge pen­tue. Les éclats de joncs ou d’i­ris seraient à pré­le­ver dans un fossé ou une mare voisine.